L'exposition du cobaye

Dans les pays anglo saxon et germanique où l'exposition du cobaye est une passion plus répandue que chez nous, la préparation du cobaye est essentielle afin d'avoir une chance de monter sur le podium.

Dans l'hexagone par contre, du au nombre réduit de cobayes exposés il n'est souvent pas nécessaire de préparer son cobaye afin d'obtenir la récompense suprême. Malgré tout, depuis, les meilleurs d'entre nous ont compris qu'avec le nombre croissant de cobayes exposés, la préparation faisait souvent la différence.

Je vais donc vous expliquer la gestion de mon élevage sur l'année qui me permet de donner à mes petits protégés une chance de se montrer au meilleur d'eux même.

Présenter un cobaye au 100% de sa forme c'est un travail qui commence dans le nid. La préparation de la future femelle et mère a une importance capitale sur la croissance des jeunes. Il me semble évident qu'une femelle mal nourrie ou dans de mauvaise condition physique ne peut pas produire des jeunes cobayes capables d'avoir une croissance suffisante pour atteindre plus de 1kg de muscle nécessaire afin d'obtenir un PH.

La mise bas de mes femelles est conduite soit en cages à séparation grillages individuels soit dans des clapiers traditionnels contenant des groupes de 2/3 femelles. Une fois le sexe des jeunes déterminés, ils sont devisés en groupes de males et de femelles à partir de 5/6 semaines d'age.

Pour commencer, le nombre de cobayes est proportionnel à la taille de chaque clapier. Au fur et à mesure où le tri entre les bons sujets et les moins bons s'effectue (les sujets ayant de gros défauts sont éliminés et vendus en animalerie dès leur sevrage) le nombre de sujet diminue laissant plus en place aux sujets qui grandissent petit à petit.

Un nombre d'animaux trop important dans un clapier diminue leur croissance car il y a une trop grande concurrence alimentaire. De plus cela rend les conditions sanitaires difficiles, un clapier sur peuplé est rapidement sale, se qui accrois le risque de maladies.

Chez moi, les femelles sont mises avec les males a environ 70% de leur taille adulte c'est à dire entre 750 et 850g pour une souche où les adultes atteignent entre 1kg et 1kg300. Pour ma part, je trouve que c'est le meilleur compromis : une femelle de 800g mise avec un male, va finir sa croissance pendant la gestation et l'allaitement, suite au sevrage, elle aura très peu de problème lors de la mise basse et sera très féconde.

Les femelles destinées à l'exposition feront une 2ème portés avant d'être mise à la retraite par groupe de 3 à 4 femelles.

Les mâles, sont laissés dans des groupes avec 3 ou 4. Ces groupes ne sont jamais changés sinon gare aux bagarres aux oreilles dentelées.

Les meilleurs de mes males sont mis en cage individuelle et utilisés pour saillir mes femelles.

Les animaux que j'expose ne sont jamais sortis d'une cage de reproduction la veille de l'expo. Les males, à force de courir derrière les femelles sont plutôt sveltes et si pour la reproduction c'est plutôt préconisé, ce n'est pas le top pour impressionner les juges.

Un cobaye d'expo gagnant doit vraiment tout avoir pour lui. Il doit être de bonne souche et doit naître d'un accouplement préparé avec soin afin d'essayer de ne pas doubler les défauts des parents. Il est élevé en suivant un programme consanguin depuis peut être des années.

Les parents ont été préparé pour être au meilleur de leur condition afin de pouvoir assurer aux jeunes le meilleur départ possible dans vie.

Après le sevrage les jeunes sont bichonnés, l'éleveur doit continuellement faire attention a ce que rien n'empêche la croissance des jeunes, ni surpopulation, ni mauvaise alimentation ni même d'ailleurs de domination d'un d'entre eux qui serait plus imposant.

Dès que nous avons choisi les " meilleurs " d'entre eux pour l'exposition, il faut les mettre en condition. Les mâles sont en cage individuelle et les femelles sont regroupés par 2 ou 3 dans une même cage.

Dans un clapier de taille adapté, avec du bon foin, un aliment riche ( 19% de protéine) incorporant de la vitamine C avec aussi un apport en fruits et légumes frais régulier plus un supplément vitaminé. Ainsi, nos petits protégés sont heureux comme le pape

. 2 ou 3 mois après avoir était traité de la sorte, ils vont briller d'eux même avec une fourrure dense et lustrée, avec les épaules pleines et musculaires " dit de bison " et avec un croup plein.

Une semaine avant l'expo un petit bain dans d'eau tiède avec du shampoing pour bébé pour les rendre plus propre, une brosse a dents pour nettoyer ses ongles et la queue des males qui est souvent grasse avant de le sécher au sèche cheveux, bien sur, tout en faisant attention de ne pas les brûler.

Par temps froid, il vaut mieux les laisser toute la nuit sous une lampe infra rouge. Le jour précèdent l'exposition, il ne reste plus qu'a donner un dernier coup de coupe ongle et vérifier les pastilles. Le jour J amener avec vous toujours un peu de bon foin (et oui il n'y a pas toutes les associations d'aviculture qui savent que les cobayes peuvent se blesser dans la paille) mais aussi quelques pommes et carottes pour la durée de l'exposition. Monsieur, mesdames " a vos cobayes " et rendez-vous au championnat de France 2005 si nous ne voyons pas avant, et que le meilleur gagne !

Cobayes accueil
Alimentation des cobayes
Reproduction des cobayes
L' elevage a notre facon
 
 
Accueil
Les Lapins
Nos Cobayes
Les Rongeurs
English Cavy and Rabbit Pages
Les expositions d'aviculture
notre boutique en ligne
Les Australian shepherd